2009-2010: du Marin à Trinidad

Fil des billets

lundi 05 avril 2010

De Martinique à Trinidad

La suite du voyage de NUAGES



C'est donc à deux que nous faisons le dernier trajet avec NUAGES pour cette année. Nous l'emmenons à Trinidad, ile réputée pour ne pas subir de cyclone.



Nous quittons Le Marin le vendredi 27 février pour descendre dans le Sud. Nous ferons autant que possible des mouillages dans des endroits que nous n'avons pas fréquenté les deux fois précédentes et tacherons de faire des petites étapes. La seule contrainte de temps vient du billet d'avion de Noelle le 30 mars au départ de Port Of Spain capitale de Trinidad.. En descendant sur Ste Lucie nous attrapons le premier et dernier poisson de ces 3 mois de navigation dans l'arc antillais : un barracuda de 50 cm. Excellent dans l'assiette!



A Sainte Lucie nous nous arrétons à Rodney Baye et La Soufrière où nous passons 3 nuits au mouillage sur une bouée dans la partie sud. (nous serons obligés de veiller toute une nuit à cause d'un risque de collision avec un autre (trop long) bateau dont l'équipage dort à poings fermés). La ville de la soufrière (2ème ville de l'ile) est en fait un gros village. Encore beaucoup de maison en bois, marché à même le trottoir. Viste du jardin botanique. A St Vincent, ile que nous avions longé sans oser nous arrêter à cause de sa mauvaise réputation, nous mouillons a Walilabu. Très joli mouillage dans une petite crique (a servi de décor pour le film Pirate des caraibe). Effectivement l'accueil est un peu pressant, mais après on est tranquille. Nous nous promenons dans le village et marchons un peu dans la forêt (avec petite frayeur quand nous y croisons 3 armoires à glace avec leurs machettes. Noelle leur trouvait un air suspect!)



Ensuite arrêt à Bequia. Là nous prenons le ferry pour retouner sur St Vincent dans la capitale Kingstown. Le ferry est plein de collegiennes (très peu de collegiens) en uniforme que nous retrouverons le soir. Visite du jardin botanique (encore un) un peu à l'abandon, et tour dans la ville. La ville semble vivre par ses collegiens et étudiants, beaucoup de restauants de rue. Un marché où on trouve beaucoup de fruits et de légumes. Il faut dire que St Vincent est le potager de toutes les iles Grenadines.



De Bequia nous descendons sur Cainouan déja visité 2 fois, mais le WiFi y est excellent et on peut skyper avec les enfants.



Puis ce sera l'ile de Mayreau dans le beau mouillage de Salt Whistle bay (un peu encombré à mon goût). Une petite plage avec cocotier protège du vent et de la houle. Le snorkeling y est décevant.



On descend alors sur Union et nous nous arrétons à Chattam Bay le temps d'une scéance de snorkeling dans le nord de la baie. Mouillage avec 3 ou 4 bateaux. Jolis coraux et poissons. Puis nous allons au mouillage à Clifton . Le mouillage est très joli le long d'une barrière de corail face à l'ocean. L'eau y est d'une belle couleur émeraude. des coraux sont à fleur de l'eau au milieu. Nous prenons une bouée pour y passer 3 nuits. Nous montons sur un sommet qui domine la baie avec une très jolie vue sur la barrière de corail. Nous flanons dans le village. Nous faisons notre clearance de sortie de l'état des grenadines de St vincent.                                Le mouillage à Union. NUAGES est le bateau le plus sur la gauche.



Nous allons alors sur Cariacou et mouillons à Hillsborough Bay. Très peu de bateau au mouillage. Nous y faisons nos formalités d'entrée et nous promenons dans cette petite ville agréable (peu fréquentée par les plaisanciers). Petit repas au resto local à midi. Très beau coucher de soleil au moment du Ti punch. La nuit dans les rafales de vent, Noelle croit à plusieurs reprises que nous chassons sur notre ancre et allons percuter le bateau de derrière. Mais heureusement nous n'avons pas bougé. Le lendemain nous allons au mouillage de Tyrrel. Lui est trés fréquenté par les plaisanciers (une centaine de bateaux). Certes il est mieux protégé, mais il n'y a rien alentour...



Après Cariacou nous allons à Ile Ronde. C'est une ile inhabitée. Le mouillage y est très sauvage. Nous étions seulement 2 bateaux (c'est rare aux antilles). Nous faisons un trés beau snorkeling dans le nord de la baie.

Noelle insiste pour que nous posions notre filet. Jusqu'à maintenant j'avais refusé arguant du fait que nous risquions d'attraper une tortue, de la législation ou du fait qu'il y avait beaucoup de monde. Ici nous n'avons pas vu de tortues et il y a peu de monde. le soir nous avons calé le filet. Le lendemain à l'auble nous allons le remonter. Dedans il y avait une seule grosse raie toujours bien vivace et se débattant. Avec du mal nous la libérons en coupant son aiguillon planté dans une corde du filet. (pour les ames sensibles rassurez vous cet aiguillon repousse). Dans l'aprés midi nous nous apercevons que l'annexe gonflable est dégonflée : La raie avant de planter son aiguillon dans la corde, l'avait planté dans l'annexe !!



Descente agréable (bon vent de travers) entre ile Ronde et Grenade. Mouillage devant la plage de Ross Point. Contrairement au guide, il n'y a plus de mouillage dans le lagoon. Grenade est la l'ile des épices réputée pour la noix de muscade. Nous restons trois nuits au mouillage. Nous prenons un taxi collectif pour traverser l'ile vers Grenville (qui vient du français Grand Ville). Comme dans toutes ces iles, bien qu'anglophones, beaucoup de noms y sont a consonnace française témoins de l'histoire mouvementée de cette région. Nous nous arrétons au retour pour marcher autour de Grand Etang. Balade dans la forêt à la limite de l' étang que nous n'apercevons que sur la fin. Nous croyons y avoir entendu des singes.                                Ensuite nous choisissons le mouillage de Prickly Bay, car il est au sud et diminue le trajet pour Trinidad et qu'il comporte un poste d douane pour la clearance. nous sommes déçu par ce mouillage que la carte nous avait fait espérer plus joli. Il y abeaucoup de monde et l'eau n'y est pas très claire.



Jusqu'à maintenant les étapes étaient des sauts de puces de 10 à 20 kms, nécessitant de 1 à 3 heures. Pour Trinidad il y a 150 km et un courant contraire nous fait perdre la moitié de la vitesse. De plus pour cette traversée nous prenons quelques précautions en regard de la piraterie sévissant dans le coin et particulièrement au Venezuela (cachette de liquide, du telephone satellite, d'un GPS portable) et décidons de naviguer surtout de nuit et d'attendre une bonne meteo (surtout que le vent ne soit pas de sud est). Nous partons à midi le lundi 22 mars. Le vent comme attendu est entre 15 et 20 noeuds. Le courant au début porte à l'ouest et dévie notre trajectoire qui nous fait alors rater Trinidad et nous retrouver au Venezuela. Heureusement par la suite le courant porte au Nord Ouest, nous permettant de rétablir la trajectoire mais diminuant la vitesse. C'est avec plaisir que je retrouve une navigation de nuit. C'est toujours un peu excitant de voir la nuit tomber et magique de voir le soleil se lever. Entre les deux, c'est la veille des lumières, essayer de comprendre les trajectoires des autres bateaux , comprendre si c'est des bateaux de pêcheurs ou des plateformes pétrolières, croire que c'est un paquebot et en fait découvrir à ses lumières que c'est un bateau échoué, apercevoir au moment prévu le phare de Chacachacare. Retrouver un ciel très étoilé quand la lune se couche. Aller dormir en confiance quand c'est l'autre qui veille. ..



Au lever du jour, on apercoit la cote de Trinidad et du Venezuela. Des vols de pelicans en V nous souhaitent la bienvenue. Nous passons la Boca des Monos et allons au mouillage sur bouée a Chaguaramas destination de ce voyage. Formalité d'entrée dans l'état de Trinidad. Viste au chantier dans lequel NUAGESva passer quelques mois au sec. Le bateau est sorti de l'eau le vendredi 26 mars. Il y a quelques travaux d'entretien à faire. En attendant nous louons une voiture et faisons un tour dans l'ile. La conduite à gauche, le non respect du code de la route, l'état des routes rendent la conduite un peu fatigante. Je tombe dans un trou, d'où nous sortent avec une remorque de bien sympathiques gars. le nord de l'ile est montagneux et trés sauvage. Nous y prnons des bains sur de belles plages trés fréquentées penda,t le week end.



Noelle a repris l'avion prévu le 30.



Je reste ici pour fnir l'entretien du bateau et le mettre prêt pour ses neuf mois de repos. Ainsi s'arrête le voyage de NUAGES pour cette année.



le mien va peut-être continuer un peu: j'ai en projet de rentrer jusqu'au Acores comme équipier sur le bateau d'un ami de rencontre (Madere, Canarie, Cap-vert, Martinique), histoire de prolonger un peu ce voyage.



A bientôt à tous.

Daniel