2008-De la Corogne à Loctudy

Fil des billets

mardi 15 juillet 2008

De la Corogne à Loctudy (traversée du golf de Gascogne)

Nous sommes arrivés à Loctudy, ce matin (vendredi 22 mai) à 6h30 sur une mer plate et sous un crachin bien breton.



A la Corogne nous avons attendu le créneau de meteo, en discutant avec les bateaux voisins danois et finlandais qui devaient traverser le golf de Gascogne comme nous. Tout le monde se décide pour partir mardi matin. Nous, nous larguons les amarres à 13h avec un petit stress, car les prévisions meteo nous donnent du vent assez fort pour la nuit de mercredi à jeudi avec une mer forte à trés forte, mais cette fois le vent est prévu favorable.Au revoir l'espagne Au revoir l'espagne, farniente
Effectivement les premières 24h se font au moteur sur une mer trés plate, avec grand soleil et pleine lune. A bord c'est lecture, sieste pour prendre du sommeil d'avance. La nuit est tranquille. Nous croisons quelques bateaux, en particulier les cargos se dirigeant vers Bordeaux, Bilbao ...Golf de Gascogne, calme plat

Le mercredi dans l'aprés midi le vent fraichit comme prévu (merci Arnaud). Nous nous équipons, prenons un ris, et en préparation de la nuit nous affalons complètement la grand-voile. Le bateau est un peu chahuté car la mer se creuse (c'est la réputation du golf de gascogne ), et la houle atteint plus de 4 m (les prévisions meteo parlaient d'une mer trés forte).. Le vent souffle force 6 et rafales à 7 toute la nuit. Le bateau va assez vite , avec des pointes à 10 noeuds et plus. Je roule un peu de génois pour améliorer le confort à bord et adoucir les estomacs remués. Par contre dans ce chahut, nous ne croisons plus aucun bateau. Noêlle est décue, car contrairement à ma précédente traversée, nous ne voyons pas de baleine. Au matin le vent tombe, la houle persiste encore une bonne partie de la journée. Nous mettons le moteur et le gardons jusqu'à l'arrivée. Nous assistons à un ballet d'une dizaine de dauphins sous l'étrave et la coque. Ils nous accompagnent un bon moment. La troisième nuit est calme. Prenant son quart en fin de nuit, Noelle s'inquiète de voir autant de lumières de bateaux. En fait c'est déjà les lumières de la côte !! Aux abords des iles des Glénan, nous slalomons entre les chalutiers qui pêchent à la nuit dans le chenal entre l'ile des moutons et les rochers des pourceaux. Nous arrivons à Loctudy avec les premières lueurs du jours et croisons les premiers pécheurs de jour dans le chenal d'acces au port.



Nous amarrons le bateau, savourons le petit déjeuner, puis petit repos.



Volà c'est la fin de ce périple de prés de 2000 miles (3600 kms). Maintenant place aux nouveaux projets.



.



Noelle et Daniel