2008-De Portosim à la Corogne

Fil des billets

mardi 15 juillet 2008

De Portosin à La Corogne en passant par Camarinas

A Portosin, après avoir réparé le moteur nous louons des vélos pour une virée dans les environs. La ria est très belle. On dirait un peu le Vercors au bord d´un grand lac, avec de belles plages. Il y a des forèts de pins et d´eucalyptus, des petites montagnes. La mer est plate avec des couleurs vertes et bleues. Malheureusement elle est très froide. Une tentative de baignade s´avère infructueuse. Le dimache 8 juin nous reprenons la mer tòt le matin (5h15) par mer calme. Noelle dort une heure malgré le bruit du moteur. Nous passons le cap Finisterre sous la grisaille et le crachin. Cap finisterre Un peu plus loin c´est un grain avec du vent force 6. Toujours au moteur je prends un ris. Puis nous arrètons le moteur et tirons un grand bord vers le large. Le vent et le courant (plus d´un noeud) sont contre nous. Le vent souffle à plus de 20 noeuds: Nous virons pour aller vers la terre et rentrons dans la ria de Camarinas, et finirons l´étape au moteur. Dans la ria le vent souffle à plus de 30 noeuds (soit force 7): L´arrivée est superbe, car il faut suivre successivement deux alignements d´amers pour éviter des hauts fonds. Contents d`arriver après ces 12 heures de navigation. Je prends la décision de ne repartir que quand le vent sera portant. J'ai bien aimé Camarinas,, pays des dentellières, petit port de pêche tranquille, avec de belles couleurs, au fond de la ria. On est ailleurs ...Camarinas, le port

Nous attendrons donc plusieurs jours à Camarinas. Nous profitons d`une journée pour faire un aller retour express à Saint Jacques de Compostelle (en car pour 90 km), pour visiter la cathédrale impressionnante par sa décoration intérieure baroque trés chargée en dorure. SainJacques, Detail cathedrale Saint Jacques est une ville importante reflétant une longue histoire. Nous y avons vu beaucoup de pélerins à pied, en vélo, en car ... Nous avons fait une trés trés jolie balade le long de la mer à pertir de Camarinas, beaucoup de genèts et de bruyères, une mer à faire réver. Camarinas, genet et bruyereNous avons voulu couper le sentier et nous nous sommes retrouvés dans une colline de genèts à gros piquants. Etant en sandales, j´ai du, pour pouvoir continuer, mettre les manches de ma veste comme chaussettes. Noelle avec ses basquettes a été plus prévoyante.



Les jours sans navigation, nous donnent envie de repartir, et nous n´attendons pas le vent portant, comme je me l´étais pourtant promis. Nous repartons de Camarinas le jeudi 12 à 6h. Départ de Camarinas Le vent èvidemment est de face 15 à 20 noeuds. Nous remontons au moteur jusqu´à l´ile Sisargas. La remonée au moteur est pénible, le bateau tape. Je regrette d'être parti et suis de mauvaise humeur. Après l´ile nous mettons les voiles pour aller sur la Corogne. le vent est établi à 25 noeuds (force 6) avec des rafale de force 7. Nous avons 2 ris et le génois roulé. Quelques paquets de mer nous mouillent, mais il fait trés beau. La mer est magnifique verte avec beaucoup de moutons blancs et de belles vagues. Le bateau marche bien. La mauvaise humeur ´est envolée. Nous apercevons la tour d´Hercules annoncant La Corogne. C`est le plus vieux phare du monde en fonctionnement. Il date des romains. Nous prenons le premier alignemet pour rentrer dans le port: Au moment de lancer le moteur, le silence du démarreur nous fait comprendre que nous devrons nous passer une nouvelle fois du moteur. (la troisième depuis le début du voyage !!). Nous téléphonons au port pour qu´il nous aide dans la manoeuvre d´arrivèe. Nous nous amarrons soulagés. Après vérification, je trouve un fil de démarreur déconnecté. Sans doute suite au mouvement brusque dans les vagues. Nous devenons des pros en mécanique et électricité !!



Nous décidons d´attendre à La Corogne, la bonne météo pour traverser directement le Golf de Gascogne pour arriver en Bretagne (de ce fait nous ne pouvons nous joindre aux 90 ans de mamita). Il nous faut une bonne météo sur au moins trois jours. Nous confrontons les météos obtenues sur internet avec celle d´Arnaud et des autres navigateurs. En particulier un bateau danois terminant son tour du monde. Il a du faire demi tour pour rentrer sur la Corogne car une dépression était annoncée. Un autre bateau Finlandais attend lui aussi pour se rentrer. Aujourd´hui nouus avons une fenetre pour un dèpart mardi ou mercredi soir. Affaire à suivre ...



La ville de La Corogne (250 000 habitants) ne manque pas d´intérets. Ses facades vitrées du début du 20 eme la font appeler la ville de cristal.la corogne, reflet






Noelle et Daniel